Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 14:25


La musique andalouse est une oeuvre savante, le résultat d'une considérable concertation  à l'échelle du monde musulman, et qui eut comme berceau l'andalousie. Elle est appelée indifféremment : El-Ala, Gharnati, Sanaâ, Malouf, Andaloussi, Musique classique maghrébine, ... L' appellation qui revient le plus souvent est musique Arabo-Andalouse. Nul n 'est capable aujourd'hui de dire avec précision qu'elle est l 'origine exacte de cette musique, mais les spécialistes s' accordent sur le fait qu 'il s' agit probablement d' un mélange mélodieux des chants de chameliers avec de la musique perse et grecque. Cette musique a pris sa forme quasi définitive au IX ème siècle avec l'expatriation d'un chanteur et musicien de génie appel Ziryab de la cour de Haroun El-Rachid. En fait, il a été jalousé par son maître Ishaq El-Maoussili (767-850)  responsable du conservatoire de la cour de Bagdad. Ce dernier avait comme maître son père Ibrahim et Zelzel un virtuose du Oud. Ishaq a laissé plus de 200 compositions et une quarantaine de livres  à sa disparition.

Ziryab représenté par un artiste du XIXème siècle.


Ziryab (Arabie 777 - Cordoue 852) de son vrai nom Ali Ibn Nafa était un artiste d'exception qui jouait comme son maître au Oud (Zelzel). Son talent était incommensurable, il connaissait par coeur plus de 10000 pièces chantées avec les airs appropriés, il a introduit la 5ème corde du Oud entre la deuxième et la troisième. Le Oud qu 'il fabriqua est un tiers moins lourd que le classique (contrairement  à ce que prétend le musicologue Erlanger (d'après M. Guettat)), il a remplacé le plectre par une plume d 'aigle et bien d 'autres choses sont à  son actif. L' autre nom qui a laissé son empreinte dans cette musique est Abu Bakr Ibn Yahya Al-Sayih (Ibn Badja ou Avempace), il était philosophe, médecin, astronome mais aussi poète et musicien. Il a mis au point l 'accord du Oud Maghrébin, il a perfectionné la nouba et a laissé un grand nombre de compositions.
    La musique a évidemment évolu grâce aux échanges importants entre les centres culturels du Maghreb et
d'Andalousie. Ces centres étaient concentrés autour de Tripoli, Quirouan, Béjaia, Tlemcen, Fès (Capitale culturelle maghrébine par excellence). Le retour des musulmans vers le Maghreb a permis l 'installation de trois écoles principales : Grenade (l 'ouest du Maghreb), Cordoue (le centre du Maghreb) et Séville (l 'est du Maghreb).
La musique andalouse est articulée autour d 'un programme que nous appelons Nouba. A l'époque des Andalous il y en avait 24, une par heure de la journée. La transmission orale de cette musique a fait qu' aujourd'hui beaucoup d' entre elles ont disparu et le nombre de noubas restantes varie en fonction des écoles. La structure rythmique de la nouba, exécutée dans son intégralité correspondrait à un cérémonial de cour (entrée du roi, défilé des dignitaires, ...). La nouba est en fait une succession de mouvements précdés généralement par un prélude musical appelé (Elkoursi ou elkrissi). Certains mouvements son entièrement musicaux telle la Touchia.  Il fut un temps ou l' on excutait un mouvement qu 'on nommait Daïra et qui correspondait  à une série de vocalises syllabiques permettant d 'installer le tabaâ (le mode). La plupart des mouvements sont  composés de chants et de réponses instrumentales. Cette musique utilise généralement les instruments suivants : Derbouka, Tar, Rebab, Oud, Nay (flte), Tabilate et des instruments plus récents, la mandoline, l' alto, le violon voire un violoncelle. Au XXème siècle, la musique arabo-andalouse était présente dans tous les Maghreb, sa plus grande représentante étant la ville d'Oran en Algérie mais on connaissait aussi d'autres grands lieux comme Constantine toujours en Algérie ou Fès et Tanger au Maroc.


                                 Exemple de musique arabo andalouse avec une reprise des textes d'Ibn Arabi.




Partager cet article

Repost 0
Published by Mehdi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • : De l'Atlantique aux confins de l'Asie, l'histoire de la civilisation arabo-musulmane est ici mise en lumière. Ce blog a pour objectif de réunir un corpus documentaire sur l'histoire islamique pour tous les intéréssés, amateurs ou professionnels de la discipline historique.
  • Contact

Les infos du moment

 Le saviez-vous?

La langue française est composé de milliers de termes provenant de la langue arabe: cliquez ici !

C'est le savant Ibn Al Haytham qui découvre que la lumière entre dans l'oeil et non l'inverse comme le croyait les Grecs et Romains.


L'Empire arabo-musulman fût l'un des plus grands empires de l'histoire de l'Humanité et s'est constitué en moins d'un siècle, né d'une religion apparue en plein milieu du désert.

Le personnage historique:

 

Abou Al Qacim Al Zahrawi (latinisé Aboulcassis) est l'un des plus grands chirurgiens de tous les temps et sûrement le plus grand du Moyen Âge et de l'Islam classique, ses traités de chirurgie comportaient des descriptions d'instruments cliniques qu'il avait inventé (ophtalmologie, gynécologie), pratique de cautérisation. Traduit en Europe au XVème siècle, ils servirent pendant plus de 500 ans de références dans les universités d'Europe.  Cliquez ici pour découvrir ce personnage ! 

 

                                                                                                                       http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0e/17th_century_Persian_anatomy.jpg/383px-17th_century_Persian_anatomy.jpg

 

Recherche

L'ouvrage du moment

  L'Emir Abdelkader face à la conquête française de l'Algérie, de Mehdi Benchabane (ed: Edilivre)

L émir Abdelkader face à la conquête française de l Alg
L'émir Abdelkader (1808-1883) est aujourd'hui considéré comme étant l'Algérie incarnée en homme, sa personne et son oeuvre constituent un formidable révélateur des relations franco-algériennes au cours du XIXème siècle, et également de la position de l'islam face à la colonisation. C'est ainsi que sa lutte contre la France coloniale entre 1830 et 1847 se distingue par une persévérance et une durée surprenantes au vu de ses forces militaires. Celle-ci s'est appuyée sur une intelligence tactique, une foi musulmane profonde imposant une éthique de vie, et un véritable sens du dialogue avec les différents acteurs du conflit. Cet ouvrage met ainsi en lumière les raisons de cette résistance exceptionnelle.
Pour vous le procurer : CLIQUEZ ICI

Sondage

Sondage précedent:
Quelle zone de la civilisation islamique vous intéresse le plus ?
- 57% pour le Maghreb et Al Andalus
- 16% pour le Machrek
- 11% pour le monde persan.
- 7% pour le monde turc.
- 5% pour l'Asie du Sud-Est.
- 3% pour l'Afrique Sub-Saharienne.
Total: 219 votes.

Livre d'Or

Catégories