Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 20:46

  

 

 Les Arabes ont envahi la péninsule ibérique en 711. Profitant de l’effondrement de l’empire wisigoth, ils envahissent alors la Septimanie (Pyrénées-Orientales, Aude, Hérault et Gard), en faisant une province dirigée par un wali et dont la capitale était Narbonne. Peu de temps après, le royaume des Francs, gouverné depuis peu par les Carolingiens, réagit et la progression des Arabes est arrêtée, on le sait — on nous l’a assez répété! —, en 732 par Charles Martel à Poitiers. Pépin le Bref, le fils de ce dernier, reprend Narbonne en 752 et son petit-fils Charlemagne fit la conquête de la Catalogne en 801. Cependant, jusqu’au début du XIè siècle les Arabes conduiront encore des raids par terre ou par mer en Languedoc comme en Provence. Leur présence sédentaire se maintiendra d’ailleurs pendant près d’un siècle en Provence, dans le massif des Maures, jusqu’en 972. Certaines troupes, dont quelques unes venant de l’Italie voisine,faisaient preuve d’étonnants talents de coureurs de montagnes, et purent ainsi écumer durablement les Alpes occidentales.

Cette courte présence des Arabes ne laissera que très peu de traces archéologiques et toponymiques. Ces dernières peuvent se ranger en trois groupes: les noms ethniques — Maures ou Sarrasins — donnés par les indigènes (gallo-romains ou francs) et les noms proprement arabes qui sont extrêment rares comme on le verra.

  Les Maures

Tout d’abord, il convient de mettre fin à la légende qui voudrait que le nom du massif des Maures, en Provence entre Hyères et Fréjus, provienne du nom des Maures. Dès le Xè siècle, Luitprand, évêque de Crémone, parle de montem maurum, « la montagne sombre », pour décrire cette succession de masses sombres naguère couvertes de pins et de chataîgners. La présence des Sarrasins dans ce massif dès le IXè siècle a sans aucun doute contribué à renforcer cette étymologie populaire. D’autres toponymes rappellent ce sens de «sombre, noir », comme Roquemaure (Gard), Montmaur (Hautes-Alpes, Aude) ou Montmort (Marne, mons Maurus en 1042).

Il convient de rappeler ensuite que des Maures s’étaient établis en France bien avant l’invasion arabe: en effet , on sait que l’empire romain récompensait ses meilleurs légionnaires en leur donnant des colonies en territoire conquis. Quelques uns de ces légionaires étaient des Maures, les Mauritani habitants le Maroc, et l’on retrouve leur nom dans des appellations comme Mortagne-au-Perche (comitis Mauritaniae en 1086), Mortagne-du-Nord, Mortagne-sur-Gironde, Mortagne-sur-Sèvre ou encore Mortain dans la Manche. Maurs ( Cantal, Sanctus Petrus Mauricis donnant ad Mauros en 941) est un ancien poste romain occupé par des mercenaires maures.

Enfin de ce nom «maurus » sont issus des noms d’hommes latins (Maurus, Maurinus, Mauritius, etc.) ou germaniques (Maurus, Moro, etc.) à l’origine de nombreux toponymes.

Pour terminer, retenons que la Tête de Maure, emblème de la Corse, qui apparaît pour la première fois en 1281 sur un sceau de Pierre III le Grand, a été importée sur l’île par les rois d’Aragon.  La présence de cette Tête de Maure sur un drapeau corse n’est toutefois pas attestée avant 1736 lorsque le baron Théodore de Neuhoff (un aventurier allemand qui se vantait de titres aussi prestigieux qu’indus), parti à la conquête de la Corse, la fit incorporer dans son écu. Sa présence ne dura pas plus de six mois sur l’île mais sa popularité immense dans toute l’Europe suffit à faire connaître cette Tête de Maure et c’est pourquoi Pascal Paoli, en 1760, changea l’étendard habituel des insurgés qui portait la figure de la Vierge Marie pour un étendard portant la Tête de Maure.

 

Les Sarrasins

Ce nom de Sarrasins est apparu tardivement (attesté pour la première fois en 1100) à la suite du latin médiéval Saraceni désignant les musulmans d’Afrique du Nord. Les toponymes employant ce nom sont donc des appellations postérieures à la présence des Arabes sur le territoire français.

Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne) est en fait un ancien Castrum Cerrucium (IXè siècle) qui doit son nom à un homme latin Cerrucius, nom tombé par la suite (Castrum Saracenum en 961) dans l’attraction du nom des Sarrasins (comme sans doute celui de  Castel-Sarrazin dans les Landes). On trouve d’ailleurs de nombreux édifices attribués aux Sarrasins (la tour Mauresque de Narbonne, le château Sarrazy de Brassac dans le Tarn, etc) alors que la plupart du temps il s’agissait de constructions destinées à se défendre contre eux ou même de constructions antérieures (comme les remparts romains de Toulouse faussement attribués aux Sarrasins, l’oppidum de Lagaste, etc).

Les toponymes d’origine arabe

Restés à peine une quarantaine d’années en Septimanie, les Arabes sont demeurés , on l’a vu, plus longtemps sur la côte de  Provence, tenant par exemple près d’un siècle à La Garde-Freinet et ses environs.

Une bande sarrasine venue d’Espagne vers 890 avait fait de la Garde-Freinet ( du latinFraxinetum, «bois de frêne») une capitale, lui donnant le nom de Jabal al-Qilal, «montagne des jarres» (ils y avaient trouvé les restes d’une industrie gallo-romaine), nom qui n’est pas resté. C’est de là que furent menées des razzias dans toute la Provence, l’Embrunais et le Grésivaudan. À l’occasion, ils rançonnaient les voyageurs ou les pélerins jusqu’au Grand-Saint-Bernard, allant jusqu’à Saint-Gall en Suisse, en Dauphiné ou en Piémont.

À cette époque, Gien, aujourd’hui sur une presqu’île, était une île. Les Arabes, pour signaler le détroit, avaient installé un phare sur le continent, à un endroit qui forme aujourd’hui le quartier Almanarre d’Hyères. Il s’agit là d’un ancien nom arabe Al manar, le phare.

Non loin de là, le célèbre village de Ramatuelle porte un nom  dans lequel certains ont vu l’arabe  Ramatu’lla, signifiant «Miséricorde de Dieu, Grâce de Dieu». Une autre hypothèse fait dériver ce nom de celui des Camatullici, tribu celto-ligure qui aurait été chassée des environs de Toulon par les Romains et serait venue s’établir dans l’arrière-pays, sans que l’on explique bien le passage du C- initial  au -R . Il existe encore à Ramatuelle une ancienne porte, dite Porte sarrasine. On peut relever que Rahmatoullah est aussi à l’origine d’un prénom féminin, signifiant « miséricorde de Dieu », porté par exemple par notre actuelle secrétaire d’État à la jeunesse et aux sports Ramatoulaye Yade.

Qu’ils soient venus des côtes de Provence ou d’Italie, on sait que les Arabes ont fait des incursions dans les Alpes où ils n’ont laissé que très peu de traces. Dans les Hautes-Alpes, et particulièrement dans le Dévoluy, des gouffres creusés par les eaux souterraines depuis des temps immémoriaux (le plus célèbre, Rama-Aiguilles, au quatrième rang mondial, descend à 980 mètres sous terre) portent le nom de Chouroums (écrit aussi chourums ou chouruns), un nom d’origine sarrasine.

La Moïe, un petit torrent que traverse la route nationale qui conduit à Nyons, dans la Drôme, au-dessus du moulin de Vinsobres, a gardé le nom de la Moïe, et ce mot d’origine arabe (Miya, les eaux) est un témoin de l’invasion sarrasine.

Ce sont les seules traces arabes établies avec certitude à ce jour dans la toponymie de notre pays. Mais les recherches continuent.

 

Source

Partager cet article

Repost 0
Published by Mehdi
commenter cet article

commentaires

Ali Nur 01/05/2013 15:16

De nombreux sites en Aquitaine portent le nom des Coutoux, ce qui viendrait de l'arabe al QOUTON (le coton) suite à l'introduction de cette culture (quelle époque?)Etymologie attestée dans
l'ouvrage "Les lieux causent de Clérans".

anne 08/04/2011 01:12


bravo pour toutes cet éclairage !
je cherche l'origine (assez ancienne pour qu'il ne reste pas de traces écrites) sur la presence maure ou sarrazine en haute savoie dans l'aarrière pays annécien. La population n'était pas mobile et
se mélangeait peu et la population est curieusement de type très méditerranéen, et de plus certains noms de villages(contamines sarzin, sallenôves)seraient des traces de cette présence mystérieuse
pour une région si reculée. Avez-vous des connaissances à ce sujet? Merci d'avance !


Mehdi 08/04/2011 13:10



Je vous renvois effectivement à l'ouvrage dirigé par Mohamed Akroun et préfacé par Jacques Le Goff, Histoire de l'Islam et des musulmans en France, qui est sorti récemment en format
poche et donc accessible financièrement. Vous y trouverez de quoi prolonger l'article avec plus détails sur la présence musulmane en France au Moyen-âge. Cordialement.



Jasmine 26/07/2010 01:22


Bonjour a vous,
Ma passion et mon amour pour la cuisine irakienne que je voudrais partager avec vous. Et avec tout ceux qui ne la connaisse pas voici mon blog :
http://www.gourmandisesd-ishtar.over-blog.com/
J’ai visité votre blog que je trouve bien intéressant et qui me plait beaucoup !
Amicalement,
Jasmine


Mehdi 30/09/2010 17:40



Merci, cordialement.



Présentation

  • : Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • : De l'Atlantique aux confins de l'Asie, l'histoire de la civilisation arabo-musulmane est ici mise en lumière. Ce blog a pour objectif de réunir un corpus documentaire sur l'histoire islamique pour tous les intéréssés, amateurs ou professionnels de la discipline historique.
  • Contact

Les infos du moment

 Le saviez-vous?

La langue française est composé de milliers de termes provenant de la langue arabe: cliquez ici !

C'est le savant Ibn Al Haytham qui découvre que la lumière entre dans l'oeil et non l'inverse comme le croyait les Grecs et Romains.


L'Empire arabo-musulman fût l'un des plus grands empires de l'histoire de l'Humanité et s'est constitué en moins d'un siècle, né d'une religion apparue en plein milieu du désert.

Le personnage historique:

 

Abou Al Qacim Al Zahrawi (latinisé Aboulcassis) est l'un des plus grands chirurgiens de tous les temps et sûrement le plus grand du Moyen Âge et de l'Islam classique, ses traités de chirurgie comportaient des descriptions d'instruments cliniques qu'il avait inventé (ophtalmologie, gynécologie), pratique de cautérisation. Traduit en Europe au XVème siècle, ils servirent pendant plus de 500 ans de références dans les universités d'Europe.  Cliquez ici pour découvrir ce personnage ! 

 

                                                                                                                       http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0e/17th_century_Persian_anatomy.jpg/383px-17th_century_Persian_anatomy.jpg

 

Recherche

L'ouvrage du moment

  L'Emir Abdelkader face à la conquête française de l'Algérie, de Mehdi Benchabane (ed: Edilivre)

L émir Abdelkader face à la conquête française de l Alg
L'émir Abdelkader (1808-1883) est aujourd'hui considéré comme étant l'Algérie incarnée en homme, sa personne et son oeuvre constituent un formidable révélateur des relations franco-algériennes au cours du XIXème siècle, et également de la position de l'islam face à la colonisation. C'est ainsi que sa lutte contre la France coloniale entre 1830 et 1847 se distingue par une persévérance et une durée surprenantes au vu de ses forces militaires. Celle-ci s'est appuyée sur une intelligence tactique, une foi musulmane profonde imposant une éthique de vie, et un véritable sens du dialogue avec les différents acteurs du conflit. Cet ouvrage met ainsi en lumière les raisons de cette résistance exceptionnelle.
Pour vous le procurer : CLIQUEZ ICI

Sondage

Sondage précedent:
Quelle zone de la civilisation islamique vous intéresse le plus ?
- 57% pour le Maghreb et Al Andalus
- 16% pour le Machrek
- 11% pour le monde persan.
- 7% pour le monde turc.
- 5% pour l'Asie du Sud-Est.
- 3% pour l'Afrique Sub-Saharienne.
Total: 219 votes.

Livre d'Or

Catégories