Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 03:16

La glorieuse équipe de football du Front de libération nationale (FLN) fait partie de l’histoire de l’Algérie au regard du rôle important qu’elle a joué dans la Révolution, en faisant connaître la cause nationale à travers le monde.


« L’équipe du FLN a écrit de belles pages de l’Histoire de l’Algérie, et elle a joué un très grand rôle dans la médiatisation de la Révolution. Elle a réussi à représenter dignement notre pays à travers le monde », affirme l’ex-star du football national, Rachid Mekhloufi.


C’était en pleine phase de préparation de la coupe du Monde de football de 1958 : une dizaine de joueurs professionnels algériens quittent leurs clubs français, dans le plus grand secret et rejoignent ce qui sera par la suite leur base, la ville de Tunis.


Ce sera, dès lors, le début d’une grande épopée : le départ par vagues successives de 32 joueurs professionnels algériens vers Tunis, où, sous la houlette de Mohamed Boumezrag et Mohamed Allam, ils formeront ce que le monde va connaître sous l’appellation de l’équipe de football du FLN.


« Nous étions d’abord djounouds et ensuite footballeurs. C’est important de le souligner, car notre ‘fuite’ n’était pas pour aller jouer au football. C’était pour démontrer aux Français que tout le peuple algérien était derrière la Révolution », explique l’ancien maître à jouer de l’AS Saint-Etienne.


Et d’ajouter : « Je me rappelle d’une déclaration de l’ancien président Ferhat Abbas qui disait que l’équipe du FLN a fait avancer la révolution de dix ans, c’était un honneur pour nous et un témoignage qui nous a fait chaud au cœur ».

Equipe FLN


Pour Mekhloufi (76 ans), sélectionné pour le Mondial de 1958 avec l’équipe de France, en compagnie de Mustapha Zitouni, mais qui n’ont jamais honoré leur convocation, le match face à la Yougoslavie, disputé le 29 mars 1961 à Belgrade, devant 80.000 spectateurs, restera gravé à jamais dans sa mémoire.

« Je me souviens de cette rencontre historique où nous avons réussi à battre la Yougoslavie sur le score de 6 à 1, nous avons réalisé une prestation de haute facture. C’était vraiment extraordinaire », se remémore-t-il.


En dépit de son statut de « star » à l’époque de la création la glorieuse équipe du FLN, Mekhloufi estime que le collectif et l’amour du pays prenaient le dessus.

« Nous étions complémentaires. Certes, chacun avait ses qualités propres à lui, mais le plus important c’était ce nationalisme, cet amour du pays, du drapeau, cet amour de la Révolution. C’est ce qui a fait notre force. Nous formions un bloc uni, et ce qui nous a permis de développer un football merveilleux, de défendre merveilleusement nos couleurs. Donc, la responsabilité était la même pour tous ». 

 


« Nous refusons le qualificatif de héros »


Amar Rouai (80 ans), ancien joueur du SCO Angers, était l’un des premiers joueurs à être contacté par Mohamed Boumezrag, le fondateur de l’équipe du FLN.


« En septembre 1957, je reçois la visite de Boumezrag qui m’invita à faire partie de cette équipe, je n’ai pas hésité un instant à répondre favorablement par amour pour l’Algérie, c’était pour moi plus qu’un devoir », déclare Rouai.


Pour lui, l’équipe du FLN a permis de faire connaître au monde entier « la cause algérienne et sa Révolution ». « Il nous fallait absolument créer quelque chose qui puisse porter la voix de la cause algérienne à l’extérieur. La création de cette équipe du FLN était une idée géniale ».


Toutefois, Amar Rouai refuse que les joueurs soient qualifiés de héros, après tous les sacrifices donnés au pays. « Il ne faut pas croire que nous sommes des héros, je refuse cette qualification, nous n’avons fait que notre devoir envers notre pays, c’était une manière pour nous de combattre le colonisateur. Les héros sont ceux qui sont morts au champ d’honneur, Rebbi yarhamhoum », estime-t-il.


Rouai poursuit que les joueurs de l’équipe du FLN « étaient constamment au service de la Révolution », soulignant que les objectifs assignés au début de la création de cette équipe « ont été atteints ».

« Nous avons sillonné différentes régions du monde, et c’était important pour faire entendre notre revendication qui est celle de l’indépendance du pays. Que se soit en Europe, dans les pays arabes, et même en Chine, la Révolution algérienne s’est fait connaître, et c’était déjà un grand acquis pour nous ».


« Hisser le drapeau national dans les différents stades dans lesquelles nous avons joué, et entendre notre hymne, était pour nous des moments de très forte émotion. C’était extraordinaire », se rappelle-t-il.

Pour Mohamed Maouche (76 ans), l’équipe du FLN « a réussi à porter haut l’image de l’Algérie combattante à travers le monde ». L’ancien joueur du Stade de Reims, estime qu’elle a réussi à « donner un impact politique à la Révolution ».


« Il y avait 32 joueurs qui étaient tous au service de la Révolution. Nous avons pu lui donner un impact politique, et c’était déjà important pour nous », qualifiant d’« aventure humaine » les années qui a vu l’équipe du FLN se produire.


En 1969, trois semaines après la mort tragique de Abdelaziz Bentifour, ancien joueur de l’OGC Nice et capitaine de l’équipe du FLN, un match d’hommage à sa mémoire s’est disputé au stade municipal du 20 août d’Alger.


« Bentifour était le premier à être contacté par Boumezrag pour composer l’équipe, il était le plus âgé d’entre nous, ensuite il y avait Aribi, avant que les autres ne soient contactés », révèle Maouche. Le 13 avril 1988, à l’occasion du trentième anniversaire de la création de l’équipe du FLN, Bekhloufi et consorts sont réunis pour la dernière fois sur la pelouse du stade du 5 juillet d’Alger, à l’occasion d’un jubilé organisé pour l’occasion.


« Tout le monde était présent, ce jour là, nous nous sommes défoulés comme au beau vieux temps, c’était fabuleux », se remémore très ému le joueur du Stade de Reims.

 

Extrait du site djazair50.dz, réalisé pour le cinquantenaire de l'indépendance algérienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Mehdi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • : De l'Atlantique aux confins de l'Asie, l'histoire de la civilisation arabo-musulmane est ici mise en lumière. Ce blog a pour objectif de réunir un corpus documentaire sur l'histoire islamique pour tous les intéréssés, amateurs ou professionnels de la discipline historique.
  • Contact

Les infos du moment

 Le saviez-vous?

La langue française est composé de milliers de termes provenant de la langue arabe: cliquez ici !

C'est le savant Ibn Al Haytham qui découvre que la lumière entre dans l'oeil et non l'inverse comme le croyait les Grecs et Romains.


L'Empire arabo-musulman fût l'un des plus grands empires de l'histoire de l'Humanité et s'est constitué en moins d'un siècle, né d'une religion apparue en plein milieu du désert.

Le personnage historique:

 

Abou Al Qacim Al Zahrawi (latinisé Aboulcassis) est l'un des plus grands chirurgiens de tous les temps et sûrement le plus grand du Moyen Âge et de l'Islam classique, ses traités de chirurgie comportaient des descriptions d'instruments cliniques qu'il avait inventé (ophtalmologie, gynécologie), pratique de cautérisation. Traduit en Europe au XVème siècle, ils servirent pendant plus de 500 ans de références dans les universités d'Europe.  Cliquez ici pour découvrir ce personnage ! 

 

                                                                                                                       http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0e/17th_century_Persian_anatomy.jpg/383px-17th_century_Persian_anatomy.jpg

 

Recherche

L'ouvrage du moment

  L'Emir Abdelkader face à la conquête française de l'Algérie, de Mehdi Benchabane (ed: Edilivre)

L émir Abdelkader face à la conquête française de l Alg
L'émir Abdelkader (1808-1883) est aujourd'hui considéré comme étant l'Algérie incarnée en homme, sa personne et son oeuvre constituent un formidable révélateur des relations franco-algériennes au cours du XIXème siècle, et également de la position de l'islam face à la colonisation. C'est ainsi que sa lutte contre la France coloniale entre 1830 et 1847 se distingue par une persévérance et une durée surprenantes au vu de ses forces militaires. Celle-ci s'est appuyée sur une intelligence tactique, une foi musulmane profonde imposant une éthique de vie, et un véritable sens du dialogue avec les différents acteurs du conflit. Cet ouvrage met ainsi en lumière les raisons de cette résistance exceptionnelle.
Pour vous le procurer : CLIQUEZ ICI

Sondage

Sondage précedent:
Quelle zone de la civilisation islamique vous intéresse le plus ?
- 57% pour le Maghreb et Al Andalus
- 16% pour le Machrek
- 11% pour le monde persan.
- 7% pour le monde turc.
- 5% pour l'Asie du Sud-Est.
- 3% pour l'Afrique Sub-Saharienne.
Total: 219 votes.

Livre d'Or

Catégories