Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 00:48

Abû ‘Abdallah Muhammad Ibn Muhammad Ibn Idris al-‘Alî bi-amr Allâh al-Idrîsî dit al-Idrîsî est le géographe arabe le plus connu en Occident médiéval. Pharmacologue et géographe, il doit sa renommé à la rédaction du célèbre « Livre de Roger », Kîtab Rujâr. Tout part de la réalisation d’un grand planisphère en argent commandé à al-Idrîsî par Roger II, roi de Sicile, qui lui demande par la suite d’en rédiger le commentaire. Ainsi fut composé « L’Agrément de celui qui est passionné pour la pérégrination à travers le monde », le Kitâb Nuzhat al-mushtâq fî-khtirâq al-afâq, plus connu sous le nom de son royal commanditaire. Le livre développe tout ce que la carte ne pouvait traduire : la description de la nature, des distances, des récoltes, des commerces, des habitations et des constructions.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/db/Al-Idrisi%27s_world_map.JPG

 Page du celèbre ouvrage géographique d'Al Idrissi représentant l'espace méditérannéen.

Selon les codes de la géographie arabe, le nord est ici en bas et le sud en haut.


Si nous connaissons assez bien l’environnement de la rédaction du Kitâb (ci-dessus), nous ne disposons que peu de détails sur la vie même d’al-Idrîsî, son ouvrage comme son nom. Seules ses nisbas peuvent constituer des éléments fiables pouvant nous renseigner sur sa personnalité et son histoire familiale et personnelle.

Al-Idrîsî serait attaché à la famille du Prophète, étant nommé descendant d’Abû Tâlib, oncle du Prophète, de ‘Alawî, descendant de ‘Alî, et encore de Hasanî, descendant de Hasan, dont il est fait mention part trois fois dans ses nisbas. Issu d’une famille marocaine remontant à Idris, d’où son nom Idrîsî, il est Hammûdî, membre de la branche ibérique des Idrissides.

Né probablement à Ceuta aux alentours de 1100 alors sous la domination de l’empire almoravide, il apparaît bien connaître l’Espagne, et il est entendu aujourd’hui qu’il a certainement effectué ses études à Cordoue alors centre intellectuel de l’Islam occidental.

Au vu de la rédaction du Kitâb et de ses précédents ouvrages de botanique, al-Idrîsî possède une solide culture en médecine ; il connaît bien les plantes, les poisons et les poudres dont il sait les qualités spécifiques, pharmacologiques et aphrodisiaques. Il possède un peu de latin, parle grec, et semble avoir beaucoup voyagé en Méditerranée. Le manque de sources fiables nous invite néanmoins à rester prudent sur les destinations et escales de ce grand voyageur. 

Selon l’introduction du Kitâb, al-Idrîsî serait certainement arrivé en 1139 en Sicile, le travail de collecte ayant duré quinze ans avant la mise en œuvre et donc la rédaction du célèbre ouvrage.

Ainsi al-Idrîsî commence à rédiger le Kitâb sur ordre du roi en 1154, un mois et demi avant la mort de Roger. L’ouvrage sera achevé sous Guillaume Ier, probablement vers 1157, date après laquelle on perd complètement la trace d’al-Idrîsî. Il serait mort vers 1165.

Al-Idrîsî est d’abord l’héritier de la tradition des géographes arabes, il est l’archétype parfait de ces écrivains et savants qui maintinrent vivace la culture arabe et ses traditions dans la Sicile des rois normands. Roger II quant à lui, illustre à merveille l’image du souverain savant, protecteur des arts et des savoirs, pragmatique dans la gestion de ses territoires et cherchant à affirmer le rayonnement culturel et scientifique de Palerme et la place privilégiée de la Sicile.  

Le travail du savant musulman est en droite ligne des traditions des géographes arabes mêlant l’étude technique et géographique comme politique et « culturelle » d’un territoire.

Dans son prologue, al-Idrîsî, se rapporte directement à douze livres arabes ; il cite ainsi dans le texte les ouvrages de Ptolémée (IIe siècle ap. J.-C.) perdu pour l’Europe occidentale mais préservé dans le monde musulman grâce à une traduction en arabe, d’Ibn Khurradâdhbih (de Bagdad, IXe siècle), de Jayhânî (Livre des routes et des pays, Xe siècle), de Qudâma (Xe siècle), de Hasan Ibn al-Mundar (Espagne, vers 950), de Mas’udî (Livre des merveilles, Xe siècle), d’Ibn Hawqal.

La destinée d’al-Idrîsî, savant musulman au service d’un roi chrétien, témoigne du bouillonnement, de l’effervescence et de la porosité culturelle de l’espace complexe qu’est la Méditerranée du XIIe siècle, au moment même où les relations entre chrétiens d’Occident, chrétiens d’Orient et musulmans se modifient.

L’émulation savante, la diffusion des connaissances, la confrontation des idées et des doctrines, font des places de convergences que sont entre autre la Sicile et l’Andalousie, de véritables carrefours où s’invente et s’affirme un syncrétisme politique et culturel.

Qantaramed

Partager cet article

Repost 0
Published by Mehdi
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • Attarikh Histoire du monde arabo-musulman
  • : De l'Atlantique aux confins de l'Asie, l'histoire de la civilisation arabo-musulmane est ici mise en lumière. Ce blog a pour objectif de réunir un corpus documentaire sur l'histoire islamique pour tous les intéréssés, amateurs ou professionnels de la discipline historique.
  • Contact

Les infos du moment

 Le saviez-vous?

La langue française est composé de milliers de termes provenant de la langue arabe: cliquez ici !

C'est le savant Ibn Al Haytham qui découvre que la lumière entre dans l'oeil et non l'inverse comme le croyait les Grecs et Romains.


L'Empire arabo-musulman fût l'un des plus grands empires de l'histoire de l'Humanité et s'est constitué en moins d'un siècle, né d'une religion apparue en plein milieu du désert.

Le personnage historique:

 

Abou Al Qacim Al Zahrawi (latinisé Aboulcassis) est l'un des plus grands chirurgiens de tous les temps et sûrement le plus grand du Moyen Âge et de l'Islam classique, ses traités de chirurgie comportaient des descriptions d'instruments cliniques qu'il avait inventé (ophtalmologie, gynécologie), pratique de cautérisation. Traduit en Europe au XVème siècle, ils servirent pendant plus de 500 ans de références dans les universités d'Europe.  Cliquez ici pour découvrir ce personnage ! 

 

                                                                                                                       http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0e/17th_century_Persian_anatomy.jpg/383px-17th_century_Persian_anatomy.jpg

 

Recherche

L'ouvrage du moment

  L'Emir Abdelkader face à la conquête française de l'Algérie, de Mehdi Benchabane (ed: Edilivre)

L émir Abdelkader face à la conquête française de l Alg
L'émir Abdelkader (1808-1883) est aujourd'hui considéré comme étant l'Algérie incarnée en homme, sa personne et son oeuvre constituent un formidable révélateur des relations franco-algériennes au cours du XIXème siècle, et également de la position de l'islam face à la colonisation. C'est ainsi que sa lutte contre la France coloniale entre 1830 et 1847 se distingue par une persévérance et une durée surprenantes au vu de ses forces militaires. Celle-ci s'est appuyée sur une intelligence tactique, une foi musulmane profonde imposant une éthique de vie, et un véritable sens du dialogue avec les différents acteurs du conflit. Cet ouvrage met ainsi en lumière les raisons de cette résistance exceptionnelle.
Pour vous le procurer : CLIQUEZ ICI

Sondage

Sondage précedent:
Quelle zone de la civilisation islamique vous intéresse le plus ?
- 57% pour le Maghreb et Al Andalus
- 16% pour le Machrek
- 11% pour le monde persan.
- 7% pour le monde turc.
- 5% pour l'Asie du Sud-Est.
- 3% pour l'Afrique Sub-Saharienne.
Total: 219 votes.

Livre d'Or

Catégories